Comme vous le saurez certainement, la gestion du réseau d’eau potable revient au Syndicat Mixte d’Eau Potable de la Région du Jurançon (SMEP), tandis que celle des eaux usées est une compétence de l’intercommunalité (Communauté d’Agglomération Pau Béarn Pyrénées [CDAPBP]).

Par conséquent, il a été décidé de réaliser des travaux en co-maîtrise d’ouvrage sur le Sud de notre commune à partir de cet automne. Pour votre information, voici la nature des travaux qui vont être entrepris.

La planification prévisionnelle de ce chantier est consultable à tout moment sur la page “Nos travaux en cours”, un bouton cliquable sur la page d’accueil du site web de la ville.

 

Détail des travaux prévus par la CDAPBP

Les travaux concernant le Chemin Soubacq et celui de la Ribère (aujourd’hui piste latérale à la voie ferré et réservée aux cheminements piéton et cycliste) s’inscrivent dans le cadre d’une réflexion globale menée de concert par la commune et l’Agglomération Pau Béarn Pyrénées.

Afin d’optimiser le réseau intercommunal d’assainissement, il a été décidé de fermer la station d’épuration sise à Gan et de transférer les eaux usées vers la station de Pau-Lescar pour leur traitement (délibération du Conseil Communautaire du 24/11/2016).

L’opération consiste donc à construire un réseau de canalisations entre la station de Gan et le réseau existant situé le long de l’avenue Henri IV à Jurançon.

En parallèle, les réseaux existants de collecte d’eaux usées et d’eaux pluviales seront actualisés jusqu’à la rue des Fauvettes, ainsi qu’au début de la rue Cyprien Loustau.

Détail des travaux sur le réseau du SMEP

Un réseau en fonte sera posé sur 2,7 km se substituant aux canalisations initialement prévues sous la RN 134. On sécurisera ainsi l’alimentation de Gan et de toute la boucle des coteaux de Jurançon via la reprise de Riant. Coté Jurançon,  l’alimentation en eau potable de la Fromagerie des Chaumes sera également optimisée.

Reprise de la voirie en fin de chantier : Une fois les canalisations installées, la voirie sera rénovée intégralement sur le Chemin Soubacq, certes, mais également sur le Chemin Ribère qui aujourd’hui est aménagé en piste sablée.

 

Le saviez-vous?

Le chemin Soubacq est dans l’actualité une voie partagée, c’est-à-dire que les véhicules à moteur y coexistent avec les vélos et les piétons.

Ce cheminement peut être qualifié de doux, mais ne remplit pas les conditions strictes d’une Voie Verte à part entière. D’où son nom de voie partagée.

La voie verte à proprement parler commence sur le chemin Ribère (après la barrière) s’interrompt après la passerelle du Neez, puis reprend au garde barrière limitrophe avec la commune de Gan jusqu’à rejoindre la piste cyclable aménagée en son centre-ville.

  • Envoyer par e-mail