La commune de Jurançon -c’est bien elle qui a apporté son nom au vin- dénombre aujourd’hui 125 hectares de vignes sur les quelque 1350 de l’aire d’Appellation d’Origine Contrôlée du Jurançon, qui s’étend sur une vingtaine de communes. La Cave des producteurs de Jurançon est à Gan, la Maison du Jurançon siège à Lacommande mais on produit bel et bien du Jurançon à Jurançon.

Découvrez le Panorama de l’ AOC

Vignerons et viticulteurs jurançonnais

Ils sont une dizaine de vignerons indépendants – Camin Larredya, Château Jolys, Château de Rousse, Clos Labrée, Clos Lapeyre, Clos Joliette, Clos Thou, Cru Lamouroux, Domaine Bazaillacq – et une demi-douzaine de viticulteurs coopérateurs ou « apporteurs de raisin » – Damien Jouanchicot, Alain Lasmarenx, Christian Pedeflous, Georges Portugal, Philippe Vignau. Autant de noms que vous entendez au quotidien et dont la réputation dépasse désormais largement les frontières communales, béarnaises et françaises !

  • Le Jurançon moelleux est le premier à obtenir l’AOC en 1936. Il a fait la réputation du Jurançon et ses vignes généreusement exposées au soleil du piémont, entre douceur du climat océanique et rigueur du climat de montagne. Ce soleil favorise les sucres et donne un vin doux, voire très sucré pour celui issu des vendanges tardives.
  • Le Jurançon sec obtient l’appellation plus tard, en 1975. Depuis un certain temps, les vignerons notent un engouement certain pour le sec, à des fins gastronomiques notamment. S’il représente aujourd’hui un tiers de la production, peut-être est-il en passe de devenir l’avenir du Jurançon.

En deux mots: de “l’or liquide” !

L’histoire, en une devise

 

« Bi de Rey » [vin de Roi] fait allusion au baptême d’Henri IV, en 1553, à qui l’on frotta les lèvres avec un peu d’ail et une goutte de Jurançon.

« Rey dous bis » [roi des vins] La formule résume bien l’orgueil de la ville pour son vin, bien que désormais partagé par toutes les autres communes de l’aire de l’AOC. Modestie mise à part, on retiendra surtout la fonction poétique de la formule pour parachever la devise historique de la ville affichée sur son Hôtel de Ville.

 

Lire aussi l’histoire racontée par:

 

“Bi de Rey, Rey dous bis”

 

Coteaux, Chapelle de Rousse : havres de paix 

 

Envie de calme et de verdure ? Sur près des trois quarts de l’extension de la commune de Jurançon, les coteaux sont un vaste promontoire ouvert sur le panorama des Pyrénées. On y passe imperceptiblement d’une commune à l’autre (Gan, Saint Faust, Jurançon, etc…).

Autour du hameau de la Chapelle de Rousse règnent le calme et la beauté de la végétation. Les exploitations viticoles et agricoles font la part belle à la nature, dont jouit un petit tiers de la population jurançonnaise.

Il y serpente aussi des chemins de randonnée qui n’attendent que vous !

Envie de balade? Laissez vous guider par Mariano http://www.topopyrenees.com/randonnee-coteaux-de-jurancon-depuis-pau/

Et pour découvrir ce havre de paix en bonne compagnie, des rendez-vous ponctuent chaque année :

  • les Fêtes de la Chapelle de Rousse, fin juillet.
  • le Trail ou le Cyclo Cross organisés par le Foyer de la Chapelle de Rousse.
  • les Portes ouvertes des chais, à l’entrée de l’hiver.
  • Envoyer par e-mail